CÉRÉMONIE DE PRISE DE CONTRÔLE DU GOUVERNEMENT CATALAN

Discours de Quim Torra, Président de la Généralité de Catalunya, à la cérémonie de prise de contrôle du gouvernament catalan.

3 juin 2018, Palau de la Generalitat. Barcelone (Catalogne)

Mesdames, Messieurs les Autorités, chers amis, chers membres des familles du Président Carles Puigdemont, Oriol Junqueras, Présidente Carmen Forcadell, Ministre Jordi Turull, Ministre Raül Romeva, Ministre Joaquim Forn, Ministre Clara Ponsatí, Ministre Toni Comín, Ministre Josep Rull, Ministre Lluis Puig, Ministre Dolors Bassa, Ministre Meritxell Serret, Secrétaire général adjointe de l’ERC Marta Rovira, Députée de la CUP Anna Gabriel, Député de Junts par Catalunya Jordi Sánchez et Président d’ Òmnium, Jordi Cuixart.

Ce gouvernement qui vient de prendre ses fonctions est redevable du travail, du  sacrifice et de la fidélité au respect envers ses engagements de nos chers compagnons et compagnes. En prison ou en exil, son exemple est notre force. Le chemin parcouru par eux est notre encouragement. Sa liberté et son retour à la maison, notre objectif essentiel. Vous avez vu que je les ai tous mentionnés avec la position qu’ils exerçaient lorsqu’ils ont été expulsés et poursuivis par un coup contre la démocratie et les institutions catalanes.

Notre engagement est aussi leur restitution. Notre volonté est l’exercice de la responsabilité assumée avec loyauté envers leur travail et leur leadership éthique et politique.

Vous, parents et amis, plus que tout autre, vous payez le prix de la répression d’un État qui s’est montré intolérant à l’égard de la démocratie, des droits civils et des libertés politiques. Loin de chez vous, loin de vous, loin de vos fils et de vos filles, les prisonniers et les exilés sont un phare de ce gouvernement et de la majorité du peuple catalan. Mais ils sont aussi un exemple qui ouvre les yeux de toute l’Europe.

Le gouvernement assume l’engagement d’avancer conformément au mandat du référendum sur l’autodétermination du 1er octobre, c’est-à-dire un État indépendant sous la forme d’une république. Un mandat revalidé lors des élections du 21 décembre dernier. Ce ne sera pas une route facile. Il y a des intérêts très puissants qui veulent l’empêcher. Nous l’avons déjà vu et nous avons de nombreux exemples et témoignages.

Pour cette raison, je voudrais remercier le Vice-Président et les Ministres pour le courage et la détermination avec lesquels ils ont accepté cette mission. Nôtre sera la responsabilité et seulement nôtre. Merci beaucoup.

Nous avons la chance de représenter le peuple de Catalogne qui s’est avéré être un peuple mature qui veut prendre des décisions concernant son avenir de manière pacifique, sereine et démocratique; sans jamais perdre le sourire et la bonne éducation.

Hier, il y a 8 mois, nous avons connu la résistance tenace – et aussi douloureuse – dans les bureaux de vote pour protéger les urnes le 1er octobre. C’était un acte d’engagement civique et de générosité qui nous remplit à tous de fierté. Nous devons être dignes de ce peuple; de tous les habitants de la Catalogne. Nous serons un gouvernement pour tous. Nous sommes un gouvernement pour tous.

Nous avons un mandat républicain.

Et nous avons aussi pour mandat de servir avec détermination et tous les efforts possibles pour une citoyenneté, les 7,5 millions de Catalans, qui méritent plus de justice sociale, de bien-être, une redistribution plus efficace des richesses et une attention publique de la plus haute qualité. Générer des opportunités pour tous, protéger et soutenir les plus vulnérables, faire face aux abus des plus puissants et, en fin de compte, un programme de progrès économique et social ambitieux et au summum du moment, ce sont tous des engagements gouvernementaux que j’ai le privilège de présider.

Ce sont des engagements qui exigent également une volonté claire de dialogue. Un dialogue indispensable pour résoudre les conflits de la manière dont le monde civilisé les résout. Je l’ai répété dans toutes les interventions publiques que j’ai faites depuis les discours d’investiture et, aujourd’hui, je le fais avec plus de force que jamais.

Président Pedro Sánchez, parlons, parlons, prenons des risques, vous et nous. Assoyons-nous à la même table et négocions de gouvernement à gouvernement. Cette situation que nous vivons ne peut être prolongée un jour de plus.

L’une des premières décisions que ce gouvernement prendra est la création d’un plan de récupération des lois et des mesures de nature sociale qui ont été suspendues par la Cour Constitutionnelle à la demande du gouvernement espagnol.

Nous devons faire de la République un exemple de garantie des droits pour tous, sans exceptions. Nous devons avancer en la pensant et en la dessinant comme un outil de transformation. Que le vrai moteur du changement républicain soient les droits sociaux et le bien-être des citoyens. C’est un objectif prioritaire du gouvernement qui commence à marcher.

Aujourd’hui se termine le 155. Sans euphorie car nous sommes très loin d’où nous voudrions être. Nous mettrons en œuvre le plan d’action pour inverser les décisions prises et les barrières créées pendant cette période de suspension démocratique en Catalogne. Je saisis cette occasion pour remercier le travail désintéressé et constant des travailleurs de la Generalitat pour maintenir de bons services aux citoyens de notre pays.

Je ne veux pas mettre fin à ces paroles sans parler également de toutes les personnes qui ont subi les conséquences de la persécution politique avant et après le jour historique du référendum. Enseignants, maires, échevins, mécaniciens, musiciens, artistes, fonctionnaires, mossos (police autonome catalane), pompiers, membres d’entités et organisations civiques…

Merci beaucoup. Merci beaucoup pour votre générosité, pour votre engagement et pour votre courage.

Toujours défendre radicalement votre liberté. Parce que le gouvernement de la Catalogne sera à vos côtés en tout temps.

Regardons en avant à fin de bâtir un meilleur avenir pour tous. La République sera la maison de tout le monde et où tous pourront se sentir chez soi. Nous devons avancer à un rythme régulier, serein et souriant.

Montserrat Abelló, dont nous célébrons cette année le centenaire, a dit dans un de ses poèmes:

« Aujourd’hui, je suis fière de mon temps et ça fait mal de le gaspiller. »

 

Mes amis, soyons tous fiers de notre temps et ne le gaspillons pas. Nous avons un mandat démocratique et républicain que nous devons remplir. Vice-président, Messieurs et Mesdames les Ministres, mettons-nous au travail.

Merci beaucoup.

¡Vive la Catalogne libre!

Source originale (03/06/2018)

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedintumblr

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*