DÉCLARATION DE RESPECT ET RÉPARATION DU GÉNÉRAL FRANCISCO FRANCO BAHAMONDE, SOLDAT DE L’ESPAGNE

Après les attaques permanentes à la personne du Général Franco depuis sa mort, qui effacent, sans empressements mais sans pause, tout indice de sa tâche en Espagne dans les moments historiques qu’elle eut à vivre, la gauche politique et les médias, qui lui sont proches, ont déchaîné une campagne sans mesure et de difficile compréhension, sauf pour sa ténacité viscérale de revanche pour effacer un demi siècle de notre histoire. moyennant la tentative finale de faire disparaître définitivement l’acteur principal de cette histoire.

Face à une telle campagne, des militaires de tous les grades à la retraite et jouissant donc pleinement du droit à la liberté d’expression, nous manifestons et signons avec cette déclaration la défense de la figure militaire du Général Franco, aujourd’hui vilipendée jusqu’à des niveaux inconcevables, sans aucune objectivité et sur la base de la déformation de l’Histoire et avec des fins fallacieux qui font rougir n’importe quel spécialiste de la vérité historique.

Nous le faisons préservés dans l’accomplissement de l’article 21 des « Ordonnances Royales » pour les Forces Armées, approuvées par le Royal Décret 96/2009 du 6 Février: « Les membres des Forces Armées se sentiront les héritiers et dépositaires de la tradition militaire espagnole. L’hommage aux héros qui la bâtirent et à tous ceux qui donnèrent leur vie pour l’Espagne est un devoir de gratitude et un encouragement pour la continuation de leur tâche. »

À ceux qui sont obstinés à discréditer absolument et sans palliatifs la conduite d’un militaire exemplaire pour tous les soldats: à la retraite, en actif ou à venir, nous leur recommandons la lecture calme et objective de la Feuille de services du General Franco. Rien de plus concret et sans velléités littéraires que sa rédaction, qui explique -depuis le jeune Lieutenant de 17 ans jusqu’à ses 33 ans en tant que le Général le plus jeune de l’Europe- comment Francisco Franco sollicita toujours les postes les plus risqués et fatigants, il fut discipliné, subordonné et toujours inquiet pour les soldats sous ses ordres, qu’il commandait de manière exemplaire. Il fut blessé de gravité en combat et promu plusieurs grades pour des mérites de guerre. Avec l’arrivée de la II République, indépendamment de la forme comment elle fut proclamé, il fut loyal, il ferma l’académie militaire qu’il dirigeait par ordre supérieure et sous les ordres du Gouvernement de la République il dirigea les opérations militaires qui ont mis fin à la révolte aux Asturies, en 1934, provoquée par l’opposition de la gauche et prélude du Frente Popular [Front Populaire parti politique] et de la Guerre Civile postérieure.

Quand un moment crucial pour la survie de l’Espagne arriva, il assuma la responsabilité que ses compagnons d’armes lui confièrent et exerça le Commandement unique de l’Espagne agressée et harcelée par le communisme, internationalement accepté et adopté par le Frente Popular.

Dans les années qui suivirent le conflit, on raconte maintenant des événements qui secouent la sensibilité des plus forts. Même des événements qui pourraient être attribués à des faits réels sont atténués avec des épisodes manquant de véracité, et on se dérobe au contexte historique où ils se sont déroulés, afin de criminaliser n’importe quelle attitude, aussi juste soit-elle.

Nous rappelons ceux qui agissent de la sorte, que peu de documents établissent, avec autant d’objectivité, la personnalité de la personne concernée comme la « Hoja de servicios » d’un militaire [feuille de services]. Elle raconte les circonstances vécues au jour le jour par le soldat, sans un autre contenu que les faits et attitudes montrés au long de chaque année.

C’est à cause de tout cela que nous défendons l’image militaire du Général Franco, clairement définie sur sa « Hoja de Servicios » et, étant donné la personnalité qui s’y reflète, nous désapprouvons la plupart des accusations qui sont versées en ce moment contre lui, dans le seul but que les générations nouvelles et futures ignorent, et si c’est possible, méprisent, une période importante de leur propre histoire, en essayant de justifier avec cela un faux progrès qui cache la réalité de l’actuel effondrement territorial de la Nation et l’inégalité manifeste parmi les Espagnols.

Face à une telle situation, les signataires de cette Déclaration sollicitons les directeurs et acteurs de cette campagne infâme de reprendre la vérité historique dans leurs expositions de motifs et d’en finir aussi bien avec leur perverse pretention d’exhumer les restes de Franco qu’avec la postérieure transformation du symbole de la réconciliation, où ses restes réposent, avec autant de combattants de la Guerre Civile.

Nous publions également cette déclaration comme une réparation aux dommages causés par ceux qui sont déterminés à disqualifier le soldat qui fut le Général Franco, dont les services à la patrie sont documentés et font qu’on lui doive la correspondante reconnaissance. Ces services sont aussi motif de respect pour tous les militaires qui firmons cette Déclaration et aussi pour tous ceux, qui, désormais, souhaitent s’y joindre, et de même pour ceux qui ne peuvent pas le faire par impératif légal.

Août 2018

 

Source originale -(AME) Asociación de Militares Españoles – 31/07/2018

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedintumblr

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*