LA TRAME DE CORRUPTION PRÉSUMÉE DANS LE PARTI D’ALBERT RIVERA

Le chef de la Cour n ° 41 de Madrid considère que la trame de corruption présumée dans le parti d’Albert Rivera, enquêté dans sa circonscription de Madrid, est « d’une complexité particulière ».

Elle l’assimile à d’autres causes telles que l’affaire Gürtel et l’affaire de « Los Eres ». 

Le juge Monica Aguirre de la Cuesta, chef de la Cour d’Instruction n° 41 de Madrid, estime que la trame de corruption au sein du Parti Ciudadanos (Citoyens), enquêté dans la capitale de l’Espagne, est « particulièrement complexe », selon l’article 324 du la loi de procédure pénale. Et donc elle en a déjà informé les parties ainsi que le procureur dans une ordonnance datée 25 avril qui a publié aujourd’hui exclusivement Extraconfidencial.com

Le juge Aguirre de la Cuesta avait déjà ouvert il y a des mois une enquête préliminaire 4679/2015 pour investiguer sur la prétendue falsification de documents, l’usurpation d’identité et la corruption de fonctionnaire, entre d’autres crimes, en ce qui concerne la porte-parole de Ciudadanos à Madrid, Begoña Villacis, réalisés par l’ancienne secrétaire de l’organisation orange dans la capitale de l’Espagne, Patricia Ocaña.

Cette ancienne chef du parti dirigé par Albert Rivera aurait falsifié le contrat d’Antonio Lopez Martinez en tant que conseiller économique du parti à Madrid et a supplanté la signature et la personne de Begoña Villacis, porte-parole municipale, dans une guerre interne pour le contrôle de Ciudadanos dans la capitale de l’Espagne, où sont impliqués le porte-parole et député de Ciudadanos, Miguel Angel Gutiérrez Vivas, le numéro quatre du parti orange dans la capitale de l’Espagne et l’un des responsables que Albert Rivera a mis au Congrès des députés pour contrôler le parti; à côté de lui, le député autonome/régionale Cesar Zafra, l’autre grand contrôleur du parti à Madrid.

Le porte-parole de C’s, Miguel Ángel Gutiérrez, a été dénoncé lors de l’enquête sur cette affaire, d’avoir été la personne qui a menacé l’ancienne secrétaire d’organisation des Ciudadanos à Madrid, Patricia Ocaña, pendant les primaires de cette formation afin de l’obliger à renoncer d’aller sur les listes électorales. Cela est indiqué dans sa déclaration judiciaire du 18 mars devant la Cour d’instruction n° 41 de Madrid et qui a été publiée par notre journal.

Cas très complexe

La décision prise maintenant par le juge de la Cour n° 41 de Madrid de considérer l’affaire comme d’une « complexité particulière » permettra au juge Aguirre de la Cuesta d’avoir 18 mois pour compléter l’enquête au lieu des 6 mois requis par la loi comme temps maximum pour enquêter sur une affaire, tout en vertu de la réforme de la loi de procédure pénale qui définit les termes de l’instruction pour les cas simples et complexes. Cette décision donne une idée de l’ampleur et de la dimension de la trame de corruption allégué dedans Ciudadanos dans la capitale de l’Espagne.

Selon des sources de recherche, le nombre de preuves documentaires dans tous les formats (appels, documents, e-mails, WhatsApp, etc.) est si écrasant, les demandes illégales, les personnes ayant des positions importantes susceptibles d’être appelés à déclarer selon l’estime l’Honorable Juge (témoins ou enquêtés), Aguirre de la Cuesta a opté pour cette option, assimilant ainsi, d’une certaine manière, ce trame de corruption présumée dans la parti Ciudadanos à d’autres procès de grande importance au niveau national impliquant les grands partis politiques, tels que l’affaire Gürtel dans le PP ou le cas des « Eres » dans le PSOE.

Selon les mêmes sources, « quand toute la trame des falsifications et des usurpations d’identité sera découvert, quelqu’un va se blesser politiquement. Ce serait une situation difficile pour le parti d’Albert Rivera s’il recevait quelque appel de la part de la Cour avant les prochaines élections générales du 26J « .

Beschikking om het onderzoek als zeer complex te beschouwen

Ordonnance déclarant l’enquête de complexité particulière.

Déclaration imminente

La Cour d’Instruction nº 41 de Madrid devra déterminer à quelle date elle appellera à déclarer les hauts dirigeants de Ciudadanos. Le demandeur Antonio López Martínez a déjà requis à la Cour d’approuver toute la contribution documentaire écrasante qui est déjà dans les mains du juge et que soit citée « dans la qualité estimée appropriée par l’Honorable Juge », M.me Begoña Villacís Sánchez, porte-parole du groupe Ciudadanos dans le conseil municipal de Madrid, pour élucider la véracité ou la fausseté de sa signature et e-mail dans les documents et pour confirmer si elle connaissait ou pas l’existence du demandeur mentionné.

Aussi le conseiller du groupe Ciudadanos dans la ville de Madrid, Sergio Brabezo, pour confirmer si connait personnellement M. Antonio López Martínez après une conversation entre les deux parties; et Ana Soler Domínguez, conseillère du groupe Ciudadanos dans la ville de Madrid, en tant que propriétaire présumé du numéro de téléphone depuis lequel elle s’est adressée au demandeur pour lui fournir des informations sur son embauche comme  conseiller de Ciudadanos; et Sofia Miranda Esteban, conseillère pour de Ciudadanos au Conseil municipal de Madrid dans le but de clarifier le contenu des conversations avec López; et Ivan David Prieto, conseiller du groupe municipal de Ciudadanos dans la ville d’Oviedo, et ui se trouve enquêté pour un important scandale de corruption dans les Asturies comme déjà publié par Extraconfidencial.com, afin de vérifier selon la conversation téléphonique, que le secrétaire de l’organisation nationale de Ciudadanos, son ami Francisco Hervías Chirosa, connaissait l’existence d’Antonio Lopez Martinez, ainsi que le but de son séjour à Madrid et la mission qui allait jouer dedans le groupe de C’s.

Et, fondamentalement, à Miguel Ángel Gutiérrez pour qu’il puisse répondre aux graves accusations et contraintes qui ont été révélées dans la déclaration de Patricia Ocaña Cobos à cette cour datée du 18 mars 2016. Une fois pour toutes, on veut vérifier toutes les responsabilités pertinentes des dirigeants de Ciudadanos impliqués dans cette trame alléguée de corruption interne au sein du parti d’Albert Rivera.

Source originale- Extraconfidencial.com (02-05-2016)

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedintumblr

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*