« LETTRES DE LIBERTÉ » DE TERESA JORDÀ À MERITXELL SERRET

Je n’avais jamais pensé qu’un jour viendrait où je serais obligée de vous remplacer

Lettre de Teresa Jordà, conseillère d’agriculture du gouvernement de Quim Torras adressée à Meritxell Serret, qui est à l’exile depuis le 30 octobre.

« Des lettres pour la liberté » est un espace de Vilaweb consacré à exprimer la solidarité envers les prisonniers politiques et exilés et en même temps, il oeuvre pour que l’on sache qui ils sont

Ma très chère Meritxel

Je me souviens encore, comme si c’était hier,de cette froide nuit dans la place de Pardines.C’était quelques minutes avant 20:00 du soir, mais la nuit était déjà très noire.La sale où on annoncait le meeting était remplie de monde.Une douzaine de compagnons attandaient dehors l’arrivée de la conseillère d’agriculture, élèvage pêche etalimentation de ce gouvernement qui a fait possible la journée énorme, historique et héroique du premier octobre.Nous les habitants de Ripoll qui t’attendions dehors, nous nous souvenions, avec fierté, de cet exploit, notre exploit et de la violence policière face à des citoyens, qui n’ont pas réagi à leurs provocations et qui marquera, pour toujours, le destin de notre peuple.Les cloches de l’église n’avaient pas encore sonné huit heures du soir, lorsque vous avez descendue de la voiture officielle.Je me souviens de vous, toute souriante.En rélité, vous souriez toujours.Vous nous avez fait à chacun une accolade et vous avez salué tout le monde et vous avez commencé, avec une ponctualité anglaise, un de ces meetings que le partie organisait et continue d’assurer tout au long du territoire.

Je n’aurais jamais pensé qu’un jour viendrait où je serais obligée de vous remplacer à la tête de l’administration d’agriculture.Notre rencontre dans ce petit village rural de la vallée de Ribes fut peut-être prémonitoire.J’avoue que cette charge est, pour moi, un grand honneur.Les circonstances qui l’ont rendu possible sont énormes mais nous nous en sortirons parce que nous le ferons ensemble.Votre travail à la tête du secteur primaire du pays, à côté de tous les compagnons a été spectaculaire.Vous avez été la première femme conseillère de cette administration et aujourd’hui, tout le monde admire et reconnait votre travail

Conseillère, j’ai envie de le faire aussi bien que vous.J’ai envie, dès que je serai conseillère, de venir à Bruxelles pour vous serrer dans mes bras.Je regrette,en réalité nous le regrettons tous,votre savoir-faire, votre sourire et votre regard aussi courageux que sincère

Le défi a relever, aussi bien pour le monde rural que pour le pays, est grand, mais nous avons les envies, l’illusion, la ténacité et les politiques.Nous le ferons et d’aileurs, nous le ferons bien

C’est un grand honneur de travailler avec vous et de le faire dans un secteur d’activité dont nous rêvons fort,compétitif et durable

A très bientôt

Teresa Jordà

Source originale

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedintumblr

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*